Pulsy

Alerte: fermeture prochaine du site Alsace e-santé le 1er juillet 2019!

Rendez-vous désormais sur www.pulsy.fr pour accéder à l'ensemble de vos services e-santé.
En cas de besoin, n'hésitez pas à contacter le support Pulsy par téléphone au 03 83 97 13 70 ou par mail support@pulsy.fr

X Pulsy

Bonjour et merci
pour votre fidélité.

Nos services continuent et vous pouvez les retrouver dès à présent sur notre nouveau site www.pulsy.fr

A bientôt!

Voir le nouveau site Rester sur le site

  Publié le 9 mars 2018
Docteur Pascal Raucourt

Docteur Pascal RAUCOURT, Médecin généraliste à Strasbourg, a été médecin testeur en phase d'expérimentation d'Albiom, il nous partage son expérience.

Vous avez été médecin testeur en phase d'expérimentation d'Albiom. Quels sont pour vous les atouts d'un tel outil ?

Albiom apporte une vision globale et synthétique des résultats de biologie d’un patient. On va pouvoir suivre une donnée (l’hémoglobine glyquée HbA1c pour un patient diabétique, le PSA pour un cancer de la prostate, le LDL chez un patient cardiaque et diabétique) et voir si l’on est bien dans les valeurs normales. C’est un outil très intuitif. Il suffit de cliquer sur la valeur et de choisir la période sur laquelle on veut visualiser l’évolution : sur les 6 derniers mois, sur l’année en cours. Les courbes permettent de savoir si les résultats de biologie d’un patient sont bien équilibrés et d’avoir un suivi plus précis. On peut donc réagir plus vite si besoin. Par ailleurs, la réception des résultats est beaucoup plus rapide et plus fluide qu’avec le logiciel métier.

Qu'est-ce qu'Albiom vous apporte dans votre relation avec les patients ?

La présentation synthétique et graphique permet de disposer d’un support visuel très pédagogique pour expliquer les choses aux patients. Dans le cadre du suivi du taux de glycémie par exemple, le médecin peut montrer à son patient : « à partir de cette date, ça ne va plus, vos résultats ne sont plus dans les normes » ou « là c’est bien, vous avez progressé ». Ça peut être une base d’éducation thérapeutique et le début d’un échange avec le patient. Dans notre métier, c’est aussi important de faire de la prévention. Montrer concrètement les courbes au patient peut être très utile pour faire comprendre les choses.

Qu'est-ce qui conditionne, à votre avis, l'utilisation d'Albiom par les médecin généralistes ?

Il est essentiel que la transmission des données soit systématique et automatique. Certains laboratoires n’ont pas encore pris l’habitude de transférer les résultats sur le DMP. Alors quand le patient arrive, les résultats ne sont pas visibles. Il est important que tous les laboratoires qui participent au projet Albiom jouent le jeu et alimentent davantage l’outil. Pour l’instant, on n’a pas encore énormément de recul mais savoir qu’on peut désormais observer les résultats de biologie d’un patient sur une année entière, voire même bientôt plus, c’est précieux pour les praticiens.