Publié le 3 janvier 2013
Agnès Schreiner

Agnès Schreiner. Directeur des affaires financières, du système d'nformation au Centre Hospitalier de Sélestat

Quand votre établissement a-t-il commencé les créations et les alimentations de DMP ?

Après quelques semaines de création en mode manuel, les DMP sont créés depuis début février 2011 de manière intégrée à notre système d’information. L’alimentation des DMP a, elle, débuté en mars 2011.

Un an après, comment le DMP est-il perçu par les médecins, les admissionistes et les patients ? 

L’organisation choisie pour l’alimentation du DMP semble donner satisfaction au corps médical. Le choix des documents à transmettre a été validé en commission médicale d’établissement. Le Directeur de l’information médicale a recueilli l’accord de ses confrères pour la transmission automatique quotidienne des courriers validés qui ont été typés « DMP transmissibles ». Ce paramétrage a été adapté à chaque service. Il est toujours possible d’éliminer certains courriers  de l’alimentation automatique du DMP. Depuis un an et demi, la création de DMP lors de l’admission administrative est devenue une habitude de travail pour les chargés d’accueil. Un réflexe favorisé par notre point d’accueil centralisé pour les consultations externes et les admissions. Concernant les patients, il semble qu’il y ait une certaine insatisfaction. Ils estiment, d’une part, que les professionnels de santé libéraux ne consultent pas assez les données disponibles, et d’autre part, que les informations disponibles dans les dossiers ne sont pas suffisantes à leurs yeux. Ils sont en attente d’un DMP mieux exploité.

Quels sont les bénéfices concrets que vous en tirez à l'échelle de votre établissement ?

Le bénéfice concret pour l’établissement est la mise à disposition via Internet des courriers et comptes rendus validés, pour les professionnels de santé libéraux dotés d’une carte CPS (sous réserve de l’autorisation d’accès accordée par le patient). Bientôt, on pourra imaginer supprimer l’envoi par courrier ! Cependant, le DMP doit séduire les libéraux pour devenir un véritable outil de communication entre la médecine de ville et l’hôpital.

Qu'attendez-vous du DMP pour l'avenir ? 

Nos trois structures partageant le même système d’information, le DMP aura un grand intérêt pour les patients et les médecins coordonnateurs de nos EHPAD, le jour où il sera élargi au médico-social. Par ailleurs, nous attendons, comme nos patients, qu’il soit possible de partager via le DMP des informations relatives à l’imagerie ou au laboratoire. Plus les informations seront partagées, plus le DMP jouera son rôle !