Publié le 7 septembre 2017
Une analyse médicale

Accéder en toute sécurité aux résultats d’examens de biologie médicale provenant des laboratoires de ville ou de l’hôpital, percevoir en un seul regard l’évolution d’un taux de cholestérol sur la dernière année, être alerté au sujet d’un résultat anormal, comparer et croiser des résultats de biologie… Ces fonctionnalités sont au cœur du projet Albiom (Alsace biologie médicale). 

Albiom, mené par Alsace e-santé avec les laboratoires, les établissements et les professionnels de santé libéraux, a pour but de permettre au patient, et à son médecin, de visualiser en ligne l’historique de ses résultats d’examens de biologie médicale, quelle que soit leur origine (structure hospitalière ou de ville).

  

Albiom, au cœur de la coordination des soins

D’après les professionnels de santé, les résultats de biologie médicale sont parmi les informations les plus utiles à la coordination des soins. Au même titre que le compte rendu de sortie, l’anatomo-cytopathologie et l’imagerie médicale, les résultats de biologie médicale sont un indicateur indispensable à la bonne prise en charge des patients – en particulier ceux atteints de pathologie chronique ou multiple. Leur partage entre professionnels de santé contribue également à l’optimisation de la relation ville-hôpital.

Dédié au champ de la biologie, Albiom apporte un haut niveau de réponse à ce besoin particulier. Ce projet place le Dossier Médical Partagé (DMP) comme véritable outil de partage « donnant-donnant » entre :

  • les biologistes qui bénéficieront des informations cliniques (volet médical de synthèse, compte rendu hospitalier…) déposées dans le DMP,
  • et les autres acteurs de la prise en charge du patient (professionnels de santé des hôpitaux et de ville) qui eux peuvent comparer les résultats  biologiques produits par les laboratoires.

Pour la première fois en France, Albiom permet d’envisager le développement de fonctions ergonomiques dédiées à l’exploitation des résultats de biologie médicale : suivre de façon chronologique et en toute sécurité les résultats d’examens de biologie médicale, accéder simplement aux  données partagées qu’elles proviennent des laboratoires de ville ou de l’hôpital,  accéder à une courbe de variation des valeurs d’un examen, être alerté au sujet d’un résultat anormal, comparer et de croiser des résultats de biologie, etc.

Albiom ouvre d’autres perspectives, que ce soit dans le champ de la biologie (gestion de la prescription informatisée, de la sous-traitance, des échanges dans le cadre du développement de l’interopérabilité territoriale, régionale ou nationale entre laboratoires, accréditation des laboratoires…), ou dans d’autres spécialités médicales qui pourront s’appuyer sur les travaux réalisés. Albiom s’inscrit enfin dans une perspective de déploiement au niveau national.

 

Des standards internationaux, un décret relatif à la biologie médicale publié en 2016

Initiée par Alsace e-santé et ses membres, notamment l’URML1 Alsace, les HUS2 et le Centre hospitalier de Saverne, Albiom se base entièrement sur des normes et standards internationaux définis dans le référentiel CI-SIS3. A partir de ce dernier, les biologistes alsaciens ont pu définir la nomenclature des examens les plus courants, favorisant le développement et l’accélération des projets d’échange et de partage des laboratoires. En intégrant dans leur logiciel les exigences du cahier des charges du projet, les trois sociétés retenues – Hopi Medical, Mips et Netika – quant à elles, permettent à leurs clients – les laboratoires – d’être parmi les pionniers dans ce domaine. En effet, les conditions dans lesquelles sont effectués les examens de biologie médicale dans le cadre d’Albiom, sont conformes aux référentiels promus en France, mais aussi à celles énoncées dans l’article R.6211-4 du Code de la santé publique, publié en janvier 2016.

 

Des résultats structurés dans le DMP

Début 2015, les premiers comptes rendus structurés d’examens de biologie médicale sont disponibles dans le DMP. Pour la première fois, les professionnels accèdent à un mode de présentation efficace autorisant, par exemple, des comparaisons et un suivi chronologique des tendances. Ce projet de partage, via le DMP, des résultats structurés de biologie médicale avec les médecins, est désormais généralisé dans 67 laboratoires bas-rhinois.

 

---

1Union Régionale des Professionnels de santé regroupant les Médecins Libéraux d'Alsace

2Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

3Cadre d’Interopérabilité des Systèmes d’Information de Santé

 

 

Participer au projet