Publié le 27 juillet 2015
Dr Jean-Claude Bartier

Le Dr Jean-Claude Bartier, médecin coordonnateur du Réseau Urgence Alsace, contribue, par son regard d’expert, au déploiement du ROR interrégional en Alsace.

Qu'apporte le Répertoire Opérationnel des Ressources ?

«Le ROR offre une visibilité de l’ensemble des ressources de santé hospitalières et des plateaux techniques au niveau des régions Alsace et Lorraine. Cela facilite le travail du médecin urgentiste mais pas seulement, et de l’infirmière d’orientation et d’accueil qui cherche à aiguiller le patient vers le service dont il a besoin. Le ROR interrégional répond à un grand besoin: grâce au calcul des distances, il peut informer sur la ressource adaptée à la prise en charge du patient la plus proche, même au-delà de la frontière naturelle que sont les Vosges. Par exemple, il peut être plus intéressant d’orienter un patient de Schirmeck à Saint-Dié plutôt qu’à Strasbourg. Ou encore, le professionnel alsacien ne sait pas forcément que le service pédiatrique des grands brûlés pour le Grand Est est à Nancy.

Est-ce vraiment utile, en particulier dans une région comme l'Alsace ?

On peut en effet prétendre que dans une petite région comme l’Alsace, le professionnel de santé connaît toute l’offre de soins hospitalière. En réalité, il n’en a qu’une vision partielle ou il en ignore les détails de fonctionnement. Par exemple, qui est capable de citer les établissements dotés d’une IRM ? Le ROR fournit non seulement l’information, mais il indique en plus les horaires et jours d’ouverture ainsi que les éventuelles indisponibilités temporaires pour maintenance. Il arrive aussi qu’on ait besoin d’un geste peu fréquent: grâce au ROR, qui recense les aptitudes, on peut trouver les services de soins palliatifs ou ceux qui réalisent les ponctions d’ascite ou encore l’alimentation entérale. C’est l’occasion pour chaque établissement de mettre en avant des compétences méconnues.

Une nouvelle fonctionnalité - la disponibilité des lits chauds - va être mise en place. En quoi représente-t-elle une avancée ?

Cela va permettre au médecin régulateur du SAMU de gagner un temps considérable dans sa recherche de lits en réanimation. Rien qu’aux Hôpitaux universitaires de Strasbourg, il y a quatre services de réanimation adultes. Le temps de recherche peut être très long et, pendant ce temps, l’ambulance attend. Grâce au ROR, le médecin appelle en priorité le service qui affiche un lit disponible. C’est un vrai bénéfice pour le patient, car plus vite il est dans le service adapté, mieux il se porte.

Demain, le ROR sera accessible aux médecins généralistes, celà répond-il à un besoin ?

Le jour où ils auront accès au ROR, les médecins généralistes seront très intéressés par cet outil, car ils ont une connaissance très ciblée de l’offre de soins, avec un réseau de correspondants à l’hôpital voisin. De temps en temps, ils sont confrontés à un besoin inhabituel. Le ROR leur permettra de trouver facilement la réponse.

Tous les établissements MCO (Médecine, Chirurgie, Obstétrique) d'Alsace doivent compléter le ROR en 2015. Quelles sont les clés du succès d'un tel projet ?

Il est nécessaire de prendre le temps d’expliquer le retour sur investissement. Il faut aller à la rencontre des professionnels dans ces établissements pour les convaincre que le temps consacré à compléter le ROR apportera un bénéfice : la meilleure connaissance des services hospitaliers. Comme le ROR est un outil déclaratif, si un établissement n’y décrit pas ses services ou sa disponibilité, on le verra immédiatement. On peut donc aussi compter sur la pression de l’environnement…»