Publié le 19 septembre 2016
DCC

Le Centre de coordination de cancérologie (3C) Oncolia, fédérant les 6 cliniques privées situées à Strasbourg et à Haguenau et autorisées à prendre en charge des patients atteints de cancer, a été la première structure à bénéficier du service e-RCP en Alsace, l’une des briques du Dossier communiquant en cancérologie (DCC). Jonathan Durand, qualiticien, chargé de la mise en place de cette solution, nous livre son expérience.

Pouvez-vous nous présenter la solution e-RCP ? 

Lorsqu’une personne est atteinte de cancer, et avant qu’elle puisse bénéficier d’un traitement, son médecin est dans l’obligation de présenter son dossier médical à l’occasion d’une Réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP), rassemblant plusieurs médecins spécialistes (oncologue, radiothérapeute, chirurgien, anatomopathologiste, etc.).

Ils définiront ensemble la stratégie thérapeutique pour ce patient, formalisée dans une fiche RCP. La solution e-RCP héberge les fiches RCP, et permet de les partager en toute sécurité avec les praticiens assurant la prise en charge du patient. Elle constitue la base de données du Centre de coordination de cancérologie, et offre également la possibilité aux médecins de consulter le calendrier des RCP.

Est-ce pour vous une avancée ? 

e-RCP s’inscrit dans la continuité de notre pratique puisque nous utilisions la base DCC Alsace depuis 2010. Outre une ergonomie fluide pour ses utilisateurs, la solution e-RCP harmonise les pratiques comme elle est déjà bien ancrée en Lorraine. L’outil facilite le partage des données : les décisions thérapeutiques prises en Alsace et en Lorraine sont hébergées au même endroit. Les praticiens peuvent accéder aux fiches qui les concernent quelle que soit leur origine géographique - alsacienne ou lorraine.

e-RCP offre un observatoire statistique en temps réel. Des données précieuses, encore plus intéressantes si l’outil est amené à être généralisé dans d’autres régions. L’intégration de cette solution au sein de notre organisation, est le fruit d’une collaboration entre Alsace e-santé, le Réseau régional de cancérologie (RRC) Alsace CAROL, en partenariat avec Télésanté Lorraine et Oncolor (RRC lorrain) qui ont mis en place l’outil en Lorraine.

La solution e-RCP est maintenant mise en place dans votre organisation. Quel est le principal challenge à relever aujourd'hui ? 

Historiquement, le 3C Oncolia est chargé de la retranscription des fiches RCP. À terme, notre objectif est que les praticiens et les secrétaires médicales deviennent totalement autonomes, soit en saisissant les informations eux-mêmes dans la solution soit par une interface avec les systèmes d’information des établissements. Qui plus est, en intégrant e-RCP dans la pratique des médecins, nous n’aurons plus besoin à terme d’intervenir dans le processus de mise à disposition des données.

Quels sont les enjeux du partage de l’information médicale en cancérologie ?

En cancérologie, le partage de l’information médicale est fondamental car il fait intervenir de nombreuses spécialités et par conséquent beaucoup de praticiens. Il brise les frontières entre les secteurs public, privé, ou encore au sein même d’un établissement. Un dossier unique et sécurisé, accessible par les patients et leurs médecins – quelle que soit leur origine géographique et à n’importe quel moment – constitue l’un des enjeux majeurs pour une meilleure prise en charge des personnes atteintes de cancer.

Quelles évolutions y voyez-vous ?

Si la solution e-RCP fonctionne aujourd’hui avec la messagerie sécurisée Apicrypt, elle sera bientôt compatible avec le système de messagerie MS Santé. Les médecins n’auront plus besoin de se connecter à e-RCP pour consulter les fiches RCP, mais pourront les recevoir directement de manière totalement sécurisée dans leur boîte e-mail. À terme, le DCC devrait devenir la partie cancérologie du DMP. Déployé dans un premier temps en Alsace et en Lorraine, on y retrouverait les documents essentiels en cancérologie comme la fiche RCP, le compte rendu opératoire ou encore celui d’anatomo-cytopathologie.