Publié le 25 mars 2015
Laboratoire de la Bruche

Les premières étapes vers le partage, via le DMP, des résultats d’examens de biologie médicale codés ont été franchies par le laboratoire de la Bruche et cela 7 mois après le choix des industriels1 pour la mise en œuvre du projet Albiom - Alsace biologie médicale - piloté par Alsace e-santé.

Albiom : dans plus de 65 laboratoires alsaciens, d'ici fin 2015

Depuis fin janvier, les patients qui se rendent au laboratoire de biologie médicale de la Bruche, se voient proposer la création de leur DMP afin que leurs résultats biologiques puissent y être intégrés. L'alimentation du DMP a démarré mi-mars et déja plus d'une centaine de comptes-rendus de biologie médicale y ont été déposés. D’ici fin 2015, ce sont plus de 66 laboratoires privés2 et deux laboratoires hospitaliers qui partageront les comptes rendus d’examen avec les professionnels de santé, prescripteurs de ces analyses. 

Albiom : au bénéfice du patient, du médecin et du biologiste

Chez les patients nécessitant le plus de coordination, tels que ceux atteints de pathologie chronique, les comptes rendus d’examens de biologie médicale font partie des informations qui apportent la plus-value la plus importante à la prise en charge. 

Grâce à Albiom, le biologiste, avec l’accord du patient, pourra accéder non seulement à son historique biologique mais également à son contexte médical. 

Le patient, quant à lui, pourra consulter plus facilement ses résultats et devenir pleinement acteur de sa santé.

En parallèle, ce service permettra aux médecins de visualiser de façon ergonomique et cohérente l’historique des résultats de biologie médicale. Grâce à la structuration des données codées, ils pourront suivre l’évolution des différents paramètres dans le temps, quel que soit le laboratoire qui a produit le résultat. De plus, ils seront aussitôt alertés dès qu’un résultat anormal apparaîtra dans un compte rendu.

Albiom : vers une ouverture aux autres régions

Ce projet - préfigurateur et national - est soutenu par l’Agence des systèmes d’information partagés de santé et par l’Agence régionale de santé d’Alsace. Compte tenu des premiers résultats positifs, l’opportunité d’une généralisation aux autres régions est grandement ouverte. 

 En savoir plus

 

1Hopi medical, MIPS et Netika 

2Certains d'entre eux réalisent les analyses de biologie médicale pour le compte d’établissements de santé publics ou privés ne disposant pas de laboratoire.

 

 Retrouvez prochainement toute l'actualité d'Albiom dans une newsletter dédiée au projet : l'Infoflash Albiom.

S'abonner à l'Infoflash Albiom

 


Thématiques abordées : albiom, partage données